La vision d’Action contre la Faim est celle d’un monde sans faim

Des solutions à la malnutrition: l’approche intégrée d’ACF

Action contre la Faim lutte contre la malnutrition aigüe en recourant à une stratégie nutritionnelle intégrée. Cette approche combine l’évaluation de l’état nutritionnel de l’enfant, le traitement de la malnutrition aigüe et la prévention de toutes les autres formes de malnutrition.

Gestion de la malnutrition aigüe au niveau communautaire

Les activités d’évaluation, de traitement et de prévention d’Action contre la faim sont élaborées et réalisées en collaboration avec les communautés et les services de santé. Jusqu’à récemment, les enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS) étaient hospitalisés dans des structures de soins intensifs connues sous le nom de « centres d’alimentation thérapeutique ». Ces centres, semblables à des hôpitaux, exigeaient des enfants, de leurs parents ou des personnes prenant soin d’eux, de demeurer sur place pendant la durée du traitement, soit un mois.

Les développements récents en matière de produits alimentaires pouvant traiter la malnutrition aigüe sévère, connus sous le nom d’Aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE), permettent maintenant que le traitement ait lieu au sein de la communauté à n’importe quel moment ou dans n’importe quel lieu, ce qui nous a conduit à développer de nouveaux programmes de traitement externes. De tels programmes, connus sous le nom de gestion en communauté de la malnutrition aigüe (CMAM), permettent à des enfants sévèrement sous-alimentés d’être traités à la maison avec le soutien de leur famille et de leur communauté tout au long de leur convalescence, plutôt que dans un centre. Des professionnels de la santé aident les communautés dans le diagnostic des problèmes nutritionnels et la supervision des activités à l’échelle de la communauté.

Aliments thérapeutiques prêts à l’emploi

Les aliments thérapeutique prêts à l’emploi prennent la forme de pâtes et de biscuits à base de beurre d’arachides riches en nutriments, et mélangés à des quantités élevées de protéines et d’énergie. Les ATPE réduisent l’exposition aux maladies transmises par l’eau puisqu’ils ne contiennent pas d’eau. Ils ne requièrent pas de réfrigération et sont prêts à être servis, permettant de s’assurer que les nutriments essentiels ne sont pas perdus au moment où les produits sont consommés. Sans eau, chaleur ou préparation requises, les ATPE évitent tous les inconvénients majeurs des produits thérapeutiques à base de lait, qui sont les traitements de base utilisés dans les soins de la malnutrition aigüe sévère avec hospitalisation.

CMAM et ATPE ont permis d’obtenir des changements révolutionnaires dans la lutte contre de la malnutrition grâce à :

  1. une augmentation générale de l’échelle des programmes de traitement pour couvrir plus d’enfants sous-alimentés.
  2. une augmentation de la couverture avec un accès plus large au traitement
  3. Une réduction des coûts sociaux associés au traitement de la malnutrition aigüe modérée (MAM), étant donné que les parents et les personnes prenant soin des enfants peuvent traiter eux-mêmes les enfants sévèrement sous-alimentés sans complications médicales, à la maison, sans quitter le reste de leur famille ou abandonner des activités génératrices de revenus.

Le CMAM comprend trois éléments principaux

  1. des services d’assistance aux communautés
  2. des soins externes : traitement à la maison
  3. des soins hospitaliers : traitement en hôpital ou en établissement de santé

Services d’assistance aux communautés

Pour rejoindre autant d’enfants sous-alimentés que possible, et parvenir à une couverture du programme maximale, le CMAM dépend de l’implication de la communauté dans tous les aspects du programme. Connue sous le nom de Services de proximité à la communauté, cet aspect du CMAM inclut l’évaluation de l’état nutritionnel de la communauté, la mobilisation de la communauté, une recherche active des cas d’enfants particulièrement sous-alimentés, une orientation vers les services appropriés et un suivi au cas par cas. Un grand nombre de bénévoles au sein des communautés travaillent directement avec des enfants sous-alimentés et leurs familles. Les équipes d’Action contre la Faim, en collaboration avec les professionnels de la santé locaux et les bénévoles de la communauté, sont responsables d’évaluer l’état nutritionnel général et d’identifier les nouveaux cas d’enfants sous-alimentés le plus tôt possible, de manière à ce que des interventions ponctuelles puissent prévenir de possibles détériorations. En travaillant en partenariat avec les fournisseurs de services de santé locaux, Action contre la faim vise à intégrer l’évaluation, le traitement et la prévention de la malnutrition dans les services de santé locaux, régionaux et nationaux.

Les enfants diagnostiqués atteints de malnutrition aigüe modérée ont accès à des soins et à un soutien qui peut comprendre de la nourriture et des suppléments nutritionnels, un traitement médical et, si nécessaire, des conseils ou une formation en nutrition pour les parents ou les personnes qui en prennent soin. La formation en nutrition comprend de l’information sur l’alimentation idéale et les soins nécessaires pour un bébé ou un enfant, des conseils en hygiène et stérilisation et la prévention des maladies, ainsi qu’un soutien psycho-social. Le poids et la taille de l’enfant souffrant de malnutrition aigüe modérée sont contrôlés régulièrement de manière à prévenir toute détérioration de son état en malnutrition aigüe sévère.

Traitements externes : traitement à la maison

Les enfants traités au travers de programmes de soin externes établis dans les communautés représentent 80 % des cas de malnutrition aigüe sévère. Ceux cliniquement stables, n’ayant pas de complications médicales et ayant encore de l’appétit, sont directement admis dans un programme de soins à la maison, soutenus par des visites hebdomadaires dans des centres de stabilisation – que ce soit des hôpitaux ou des centres de santé, avec une supervision médicale qualifiée. Les visites hebdomadaires aux centres de stabilisation permettent aux professionnels de la santé d’évaluer les progrès de l’enfant et de fournir la dose hebdomadaire de ATPE pour le traitement à la maison. Les visites hebdomadaires permettent aussi à des enfants particulièrement sous-alimentés de recevoir systématiquement des mesures de prévention et de traitement des infections, maladies et carences en micronutriments (tels que des antibiotiques, de la vitamine A, des vermifuges, des vaccins, etc.). Le suivi hebdomadaire peut continuer jusqu’à deux mois, en fonction du progrès et de la convalescence de l’enfant.

Traitement en hospitalisation : traitement en hôpital ou en établissement de santé

Un enfant qui n’a pas d’appétit, qui ne prend pas de poids et/ou qui présente de sérieuses complications médicales est admis dans un hôpital spécialisé, une clinique ou d’autres établissements d’hospitalisation où il sera traité grâce à des produits laitiers thérapeutiques. De tels enfants représentent 20% des cas de malnutrition aigüe sévère. Quand un enfant souffrant de malnutrition aigüe ou de complications médicales a retrouvé l’appétit et que tous ses problèmes de santé ont été guéris avec succès, il est transféré aux soins externes. Un enfant peut demeurer en hospitalisation entre 4 et 7 jours, en fonction de la durée de sa convalescence.